AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | 
 

 Ma fanfiction saint seiya

Aller en bas 
AuteurMessage
Sirène

avatar

Nombre de messages : 33
humeur du moment : ça s'en va et ça revient ( où sont les claudettes ? )
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Ma fanfiction saint seiya   Mar 24 Jan - 2:34

Voila j'ai écrit deux chapitres pour l'instant ^^. Cette histoire se passe pares Hades et ne prend pas en compte le tenkai Wink

Chapitre I

Le stratagème de Héra

Personnages : Zeus (z) et Héra (H)

Le calme de la terre se reflète sur l’Olympe. La haine des dieux contre les humains s’est apaisée. Cependant Héra, déesse et épouse de Zeus, s’inquiète sur l’avenir des olympiens. A ce moment précis, Zeus, maître de tous et de toutes choses, devine les pensées de sa femme et dans un élan de colère et d’étonnement lui rétorqua :

Z : AVENIR ? Ce mot ne devrait pas sortir de la bouche d’une déesse ni même sommeillé en son esprit. Les immortels furent, sont et seront à jamais. D’où te vient cette vilaine interrogation ?

H : Oh toi fils de Cronos et porteur de la foudre ne méprise pas mes pensées car comme tu le dis je suis une immortelle et la plus digne parmi les déesses. Si certaines idées se plaisent à rester discrètement en mon esprit c’est qu’elles ne veulent t’irriter par ma bouche.

Z : Quelles idées pourraient donc me faire un tel effet ? Rien ne peut m’atteindre. Même si elles viennent de toi, mon épouse, je pourrais en avoir connaissance. Il me suffirait pour ça d’abuser de l’un de mes talents et de pénétrer ton esprit. Mais tu as de la chance, le respect que je te porte m’empêche d’abuser de ce pouvoir. Cependant, dans ton intérêt, je te conseille de me divulguer au plus vite tes préoccupations sans quoi je te montrerai ma supériorité.

H : Bien, je ne puis que m’agenouiller devant tes menaces mais sache que si danger il y a, celui-ci ne vient pas de moi.

Z : De quel danger parles tu ? Quel vilain démon t’habite pour troubler la clarté de ta parole, autrefois si limpide, et embrumer ma compréhension.

H : Ce que tu appelles démon, je l’appelle chevalier.

Z : Les chevaliers ? Tu veux sûrement faire allusion aux défenseurs d’Athéna. Qu’ont-ils de si inquiétants ? Ce ne sont que des hommes au courage plus grand que les autres mortels. Rien qui puisse ébranler la tranquillité d’une olympienne.

H : Ne vois tu donc pas, ces mortels se sont hissés contre les dieux. Deux de tes frères, Hadès et Poséidon, ont succombé sous leur coup. Un simple mortel ne peut venir à bout d’un dieu par la simple force du courage. Grand Zeus, prend mon avertissement au sérieux, de tels mortels sont trop dangereux pour nous. Toi seul peut mettre un terme à leur vie, toi le père de celle à qui ils ont juré fidélité.

Z : Tu fais bien de parler de ma fille. Que fais tu de ma loyauté en me demandant de tuer les hommes qui ont donné gloire et victoire à ma chère Athéna ? Tu oses prononcer le nom de mes frères, ce ne sont que de traîtres qui mériteraient les souffrances du tartare. Les batailles infondées qu’ils ont livrées ont témoigné de leur ambition malfaisante envers moi. Ils ne cherchaient que le pouvoir et engendraient le tumulte au sein des immortels.

H : Tu accuses mon discours à l’entente des noms de tes frères mais je pourrais en dire autant de ta chère fille. Cette déesse, dont je n’ose prononcer le nom, pourrait bien œuvrer d’hypocrites actions envers ta personne. Et de telles idées sont de loin les plus condamnables.

Z : Tu mériterais le tartare pour de telles accusations. Athéna est d’essence divine, elle ne peut avoir de telles préméditations.

H : Je suis heureuse, Zeus.

Z : Pourquoi ? Tes hypothèses calomnieuses ne prêtent pourtant pas à rire.

H : Je suis heureuse, car je constate que même le plus grand des immortels est capable d’incohérence.

Z : INCOHERENCE ?

H : Exactement. Tu défends Athéna par sa seule essence, mais les principes de cette essence ne correspondent pas aux agissements de ta fille. Un dieu peut il être aussi proche des mortels comme l’est Athéna ? Cela est impossible, tout dieu est là pour surveiller les mortels et leur montrer le respect avec lequel ils doivent traiter leurs créateurs, nous. Même si Athéna incarne la raison et les valeurs guerrières à communiquer aux humains, ses actes vont à l’encontre de ses origines. Tout dieu se doit de susciter crainte chez les hommes et ne doit pas permettre aux mortels de se hisser dans les affaires divines. Les chevaliers n’auraient jamais dû mettre les pieds sur Elision ni intervenir durant l’affrontement d’Hadès contre Athéna. De tels agissements vont à l’encontre de nos fondements et ces derniers ont été bafoués par la trop grande liberté qu’a laissé Athéna à ses défenseurs. Et je ne peux croire Zeus, qu’en ton âme tu n’as ressenti aucun étonnement lorsque que, de ton trône, tu as vu ta fille pleurer sur le cadavre de ce Seiya. Par les actes d’Athéna, les chevaliers ne reconnaissent plus la supériorité des dieux, ils oseront même s’attaquer à toi si ta fille leur en donnait l’ordre. Est la ce que tu veux, vivre sous la menace de chevaliers capables d’affronter des dieux ?

Z : Tu sais manier la parole et convaincre maligne Héra. Mais qu’essayes tu de me dire ? Que ma fille trompe son essence en manifestant son amour pour les hommes et que, par conséquent, elle n’est plus une déesse ?

H : Non Grand Zeus, je pense que ta fille est toujours une déesse. Mais je crois que nous avons fait une erreur de jugement à son sujet. Son attitude envers les humains pourrait cacher quelques projets.

Z : Mes sens redoutent tes paroles, mais sont en ébullition à l’idée de les entendre…

H : Bien alors assis toi sur ton trône, et écoute le discours de ton épouse. Athéna a depuis le début compris toute la force des chevaliers. Elle n’est pas dupe, elle a très vite décelé toute la puissance du cosmos que pouvait créer un mortel. Seulement, une telle puissance ne s’anime pas toute seule, il fallait savoir choisir les bons hommes et surtout leur donner une raison de se battre, un idéal. Elle a choisit des orphelins, et cela ne pouvait être que le meilleur choix. Des enfants sans famille ni soutien, aucune mère vers qui se tourner. Ces futurs adultes étaient des proies faciles, il suffisait de leur dire : « battez vous pour moi et vous ferez de votre avenir tout le contraire de votre passé, une réussite ». Elle faisait de sa personne l’objet de leur destin, ce pour quoi il devait se battre. Or, sais tu ô Grand Zeus, ce que nous immortels nous ne pouvons maîtriser et qui a une puissance mille fois supérieurs à la notre ? Le destin, oui le destin qui pour nous n’a pas de sens car l’immortalité n’a pas d’avenir. En se battant pour un idéal, les chevaliers plaçaient toute leur force en ce destin, ils voulaient se rendre maître d’une chose qui nous, olympiens, nous ne connaissons ni ne pouvons maîtriser. Voila en quoi les humains sont dangereux, le destin est la clef de leur pouvoir et la seule supériorité qu’ils aient sur nous. Athéna le sait et c’est de son propre chef soumis au supplice de Poséidon et d’Hadès pour laisser exploser le destin des chevaliers. Même toi Zeus, tu resterais impuissant face à cela. Ta fille pourrait très bien gravir l’olympe et tuer par la main de ses chevaliers celui qui l’empêche d’obtenir les pleins pouvoir, TOI. Vois-tu, Athéna est toujours une déesse, l’ambition qu’avait Poséidon et Hadès se retrouve chez elle mais est plus intelligente, d’une subtilité si vicieusement parfaite qu’il est difficile de la percer. Nous nous sommes tromper cher Zeus, Athéna n’est pas la déesse de la raison, mais de la déraison animée par une intelligence guerrière.

Z : Mes sens n’ont pas résisté jusqu'à la fin de ton discours, ils se sont déchirés avant. Je ne peux vérifier tes dires. Même si lire les pensées d’Athéna m’est possible, sa subtilité divine pourrait bien fausser mes interprétations. Il est vrai qu’il n’est pas dans la nature des dieux de porter si grande estime à la race humaine. Chère Héra, il m’est irritable d’avouer l’hypothétique justesse de tes propos mais je dois m’y résoudre. Si ces derniers sont vrais alors je dois faire face à un ennemi que j’ai moi-même fécondé. Je vais donner l’ordre à un Hérault* d’aller à la rencontre d’Athéna.

Zeus n’eut qu’à faire un geste de la main pour qu’un Hérault fasse son apparition, prêt à écouter son message.

Z : Sois attentif à ses paroles, ancre les en ton esprit et récite les à ma chère Athéna.

« Le ciel s’est éclaircir et de mon cœur émane un rayon qui te demande. Toi ma fille reviens auprès de ta famille, prend congé de la terre en y laissant la paix. Une fois ressourcée par le meilleur des repos tu pourras retourner au prés de tes sujets. »

Le Hérault s’en alla sur le champs porter ce message.

H : Je reconnais là ton ingéniosité Zeus. Sous les apparences d’une invitation conviviale tu ne laisses pas transpirer tes ambitions secrètes. Tu es le plus fin des stratèges.

Z : Cesse tes efforts d’amadouements et laisse moi. J’ai besoin de solitude pour faire face à ma fille. Je ne l’ai pas vu depuis longtemps.

*Hérault = Messager .

----------------

Chapitre II

Les prémisses de la nouvelle guerre

Personnages : Athéna (A) ; Aiolos ( OS )

Athéna se retrouve seule au sanctuaire. Les temples sont détruits et la nuit envahit le lieu comme de l’encre sur un buvard. La déesse s’endort et tombe dans un rêve profond où elle retrouve le dernier chevalier d’or : Aiolos.

A : 13 ans qu’on ne s’est vu, sais-tu qu’il m’arrive de penser à toi ?

OS : A l’époque tu n’étais qu’un bébé, comment pourrais-tu t’en souvenir ?

A : Seul mon corps avait l’apparence d’un nourrisson mais mon esprit a toujours été celui d’une déesse ne l’oublie pas .

OS : Ne t’en fais pas, le jour où Shura m’a porté un coup mortel ne sera jamais effacé de ma mémoire. Ce jour où j’ai sauvé la vie à la plus affreuse des créatures.

A : Voyons Aiolos, le fait de m’avoir sauvé la vie t’as apporté une grande renommée au sanctuaire, Les autres chevaliers parlaient de toi comme d’un héros.

OS : Est ce toi qui avais marqué ce testament dans mon temple ?

A : Riche idée n’est-ce pas ? Les chevaliers étaient convaincus de ton courage, c’était la preuve écrite de ta bravoure. Aurais-tu préféré être considéré comme un traître au sein de la chevalerie ?

OS : Cesse de dire que tes agissements m’étaient bénéfiques. Pourquoi toute cette mascarade ?

A : Vous autres mortels êtes si naïfs. Tu étais un exemple pour eux Aiolos. Chevalier d’or ou de bronzes, ils savaient par ton acte que leur devoir était de se sacrifier pour moi. Ils ne voyaient que ça, ils appelaient ça : la loyauté. Pauvres humains vous n’êtes que des pantins pour les dieux, je n’ai eu qu’à tirer les ficelles.

OS : Explique toi mieux que ça Athéna. Mon sacrifice ainsi que toutes les batailles menées n’étaient alors que des leurres ! Quels sont tes plans ? Que cherches-tu à obtenir ?

A : Des leurres , c’est le mot que les hommes donnent aux esprits ingénieux . Crois-tu vraiment qu’une déesse pourrait se laisser planter une flèche en plein cœur sans réagir et qui plus est par un simple chevalier d’argent ? Crois-tu que la terre est un intérêt pour les dieux, à tel point qu’ils se battraient pour elle les yeux fermés ? Crois-tu en la défaite de Poséidon, d’Hadès ou même d’Arès ? Pauvre fou, on a beau t’appeler « héros » sur terre tu n’es décidément qu’un pauvre homme qui joue avec une flèche d’or.

OS : Tu mens, j’ai vu de mes propres yeux la défaite de Poséidon et d’Hadès. J’y ai moi-même participé en prêtant mon armure à Seiya .

A : Poséidon et Hadès ont des liens de parenté avec moi, ils sont mes oncles et ont tout comme moi une certaine haine envers celui qui ose se prononcer le roi des dieux. Pour ce qui est d’Ares, il est à mes cotés le dieu qui incarne la guerre. Il représente le côté le plus noir et barbare de la bataille, quant à moi Zeus m’a proclamé comme représentante d’une guerre plus juste, voire raisonnable. Mais un chevalier comme toi le sait mieux que tout autre, aucune guerre ne peut être juste et encore moins habitée par une quelconque raison. La guerre n’est qu’un jeu vicieux où les plus forts se plaisent à manipuler et à torturer les plus faibles. Et il est dans la nature d’un dieu de jouer de cette façon avec les hommes. Comment pourrait-on se sentir supérieur sinon ?

OS : Je ne ressens que du dégoût. Tu t’es servi de nous pour des raisons qui me sont encore obscures mais le jour viendra ou toi et tes acolytes payerez vos actes pervers.

A : Voyons calme toi. Qui pourrait bien venir contrecarrer mes plans maintenant, les chevaliers d’or ne sont plus et les chevaliers de bronzes sont épuisés de leur bataille contre Hadès. Seuls restent les dieux et une masse impressionnante d’humains futiles.

OS : J’aimerais juste que tu répondes a une dernière question, après quoi je te tuerai. Pourquoi Poséidon et Hadès ainsi que toi avez-vous menés vos combattants vers la mort ? Ils vous étaient pourtant dévoués corps et âme.

A : C’est très simple, il fallait faire croire à Zeus qu’un conflit se crée avec mes oncles sans que lui ne soit vraiment concerné. Mon père aurait très bien pu prendre les chevaliers sous son ordre en manipulant leur esprit ou autre. Mais dupé Zeus n’était pas le plus difficile, ma mère est beaucoup plus méfiante et maligne. Mais j’ose croire que nos plans, même pour elle, ont été assez subtils pour déjouer son instinct pourtant si fin.

OS : Je vois alors tout ce sang coulé n’était qu’alors que pour un vulgaire règlement familial. Tu vas me le payer…

A : Oserais tu porter la main sur celle que tu as sauvé de la mort jadis ? Même si les dieux peuvent écrire le destin à l’avance c’était tout de même très courageux de ta part.

OS : Silence ! Si je t’ai sauvé il y a 13 ans je peux bien te conduire en enfer aujourd’hui.

Athéna, pour amadouer le chevalier se dévêtit et se présente à lui en prenant un air candide.

A : Je me présente devant toi sans arme ni vêtements. Vas-tu frapper ce corps si parfait, il pourrait être tien l’espace d’un moment si tu y consentais . Tu n’aurais qu’a considéré ça comme une récompense pour avoir contribué à la perfection de mon plan.

OS : Bientôt ton vice prendra fin… On se reverra très bientôt Athéna et tu verras par toi même de quelle manière un homme se joue d’un dieu, et ce de manière beaucoup plus laide et brutale…

A : C’est ce que nous verrons, je dois te laisser mais nous nous reverrons très bientôt.

Athéna, en se réveillant entendit une dernier fois la voix d’aiolos .

« Seuls les hommes peuvent décider de leur destin. »

La déesse vit un Hérault et ce dernier, après lui avoir communiquer le message de Zeus l’invita à le suivre.

« C’est bien ce que je pensais, ma mère a dû convaincre Zeus de me convoquer. Elle doit déjà me soupçonner, mais elle ne sait rien à propos d’Hadès et de Poséidon … Cela n’a pas d’importance après cette nouvelle guerre que je prépare aucun olympien ne survivra. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun
Lemming
Lemming
avatar

Nombre de messages : 1926
humeur du moment : tristounet
Date d'inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Re: Ma fanfiction saint seiya   Mar 24 Jan - 20:19

dis j'ai une question, Hera et Herault c'est le même perso? scratch

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirène

avatar

Nombre de messages : 33
humeur du moment : ça s'en va et ça revient ( où sont les claudettes ? )
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Ma fanfiction saint seiya   Mar 24 Jan - 20:31

un hérault c'est un messager c'est précisé en fin de chapitre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun
Lemming
Lemming
avatar

Nombre de messages : 1926
humeur du moment : tristounet
Date d'inscription : 12/09/2005

MessageSujet: Re: Ma fanfiction saint seiya   Mer 25 Jan - 5:25

vi j'ai vu mais j'ai cru que c'etait un autre c'est pour ça jme suis embrouillé convivial

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma fanfiction saint seiya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma fanfiction saint seiya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint seiya Begins
» Saori et Seiya (Les chevaliers du zodiaque)
» Saint Seiya Myth Cloth
» Theme de Saint Seiya : Le film + Yoshiki Classical II
» Saint Seiya Anthologie - 8 ans- RPG (4 mois sans nouvelles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Petit Shun :: Bavardage :: Chevaliers du zodiaque-
Sauter vers: